De posteritate Caini

Description

De posteritate Caini est le sixième ouvrage d’étude de la Genèse, premier rouleau de la version grecque du Pentateuque, la Septante. Après avoir traité du combat entre Abel et Caïn, on va se pencher sur toute la postérité de Caïn et de Seth. Depuis le début Philon adopte une méthode de commentaire qui consiste à débusquer un sens caché différent du sens obvie. Mais sur quoi fonde-t-il ce choix. Il va ici le défendre en pointant ici toutes les difficultés que l’on rencontre avec le sens obvie : Comment peut-on s’éloigner de la face de Dieu ? Avec quelles femmes les fils d’Adam et Ève ont-ils des enfants, si l’on n’admet pas qu’ils soient incestueux ? Pourquoi qui Caïn construit-il une ville ? Bref, pour Philon, toutes ces difficultés ne peuvent être résolues que si l’on admet un sens caché et symbolique, que Moïse a délibérément mis dans son récit. Impossible de ne pas penser à la très ironique et piquante Bible enfin expliquée de Voltaire, dans laquelle il tourne en ridicule l’idée que ces récits ne soient point allégoriques en affectant de défendre toutes les absurdités qui en découlerait. Ce parti pris agace d'ailleurs passablement le traducteur.

L’interprétation défendue par Philon emprunte énormément à la philosophie grecque et à ses débats, en particulier à Platon, et au Stoïcisme. En particulier, on trouvera une condamnation sans appel de la doctrine selon laquelle « L’homme est la mesure de toute chose », doctrine prêtée à Protagoras par Platon dans son Thééthète. Pour Philon, il est clair qu’il cherche à défendre l’idée métaphysique suivant laquelle Dieu est la raison même qui nous pousse à faire le bien, tandis que les sensations troublent l’entendement et ne nous poussent qu’à agir mal et en dépit du bon sens. L’idée morale derrière étant de faire la promotion de la tempérance, de la justice, du courage, bref, de la vertu, qu’il identifie à la piété, et le contraire à l’athéisme et à la présomption. Les interprétations qu’il construit peuvent parfois sembler alambiquées, et l’appareil critique de ces édition n’est pas de trop pour éclaircir les subtilités de la science musicale et harmonique grecque, que Philon n’hésite pas à convoquer pour soutenir son argumentation.

Comme pour les autres explications, Philon n’hésite pas à aller chercher les explications de la Genèse dans l’Exode, puisqu’elle décrit la vie de Moïse qui est censé être l’auteur du texte. Par exemple, de l’histoire du veau d’or, comme il a été constitué avec l’or des boucles d’oreille des femmes, il y voit le fait que les produits de l’art ne sont considérés comme des dieux non pas par la vue, mais par l’oreille, mais par l’entendement, mais un entendement un peu défaillant. On a également droit à de beaux développements sur le parallèle entre la science qui s’acquière par l’étude d’une part, que Philon considère comme inférieure à « l’illumination intérieure » accordée par Dieu, et qu’il développe à partit du passage où Rebecca donne à boire Abraham et à ses chameaux (censés représenter la mémoire). Ces textes sont précieux pour se faire une idée de comment ce texte pouvait être perçu il y a deux mille ans en Égypte.

PDF Philo of Alexandria download De posteritate Caini

Tags: download, philo of alexandria, ebook, pdf, de posteritate caini